514 903.9343
05-07-2017

Vous avez dit Sabrage?



Le sabrage? De nombreux ont entendu le terme, quelques uns l’ont pratiqué, mais très peu savent encore d’où cette tradition tire ses origines!

On essaie de retracer tout cela avec vous…

 

sabrage-champagnerie-montreal-1

Le sabrage festif des bouteilles de vin effervescents aurait une longue histoire, et une tradition remontant à plusieurs millénaires!  D’abord nécessaire et pratique, il servira aussi de geste symbolique pour honorer les divinités, avant d’être repris par les officiers de Napoléon durant le Second Empire. C’est de cette dernière époque que le sabrage gardera le nom que l’on utilise encore aujourd’hui!

 

 

UN SABRAGE NÉCESSAIRE

 

Depuis qu’il y a des hommes et des dieux, il y a du vin! Et la première grande révolution de l’histoire de ce nectar, qu’il soit effervescent ou non, reste le passage de sa conservation en amphore à celle en tonneau. Pendant près de 6 000 ans avant Jésus- Christ, le vin était vieillit en amphores et ne contenait aucun sulfite! Récipient stérile pouvant contenir 18 à 28 litres, l’amphore détient l’avantage d’être étanche, scellée de façon parfaitement hermétique et définitive. Cette caractéristique en rendait donc l’usage unique: impossibles à déboucher à la main, il fallait les sabrer!  L’amphore sabrée servait souvent ensuite à stocker d’autres produits comme les céréales. Malgré les excellentes conditions de vieillissement qu’offrait l’amphore, le vin voyage de plus en plus et la fragilité de cette dernière conduit à favoriser le tonneau.

 

 

LE SABRAGE COMME SACRIFICE DIVIN

 

Dans un sanctuaire vaste de plusieurs dizaines d’hectares sont retrouvés plus de cinq tonnes de tessons d’amphores à vin importées d’Italie! La consommation et le sabrage du vin dans l’enceinte sacrée ne fait aucun doute et les quantités mises au jour amènent à penser qu’ils devaient être largement intégrés à la mise en scène sacrée. Les vestiges présentent des récipients entamés par des lames et sur lesquels sont visibles de nombreuses traces d’impacts et de fractures, caractéristiques d’un coup de lame porté à la base du col. Cette forme de décapitation symbolique des récipients est alors comparable à celle des victimes animales: lors du sabrage, le vin jaillit comme le sang du sacrifice et se répand à terre où il est ensuite consommé par les dieux. Suite à l’ouverture sacrificielle des amphores, le vin qui subsiste dans la panse des récipients est consommé par les participants aux cérémonies. Une explication du sabrage qui touche donc au caractère sacrificiel que le geste représente.

 

 

LE SABRAGE NAPOLÉONIEN

 

Le terme “Sabrage” lorsqu’il entre finalement dans la langue courante serait intimement lié à l’époque Napoléonienne et aux pratiques guerrières de ce dernier. Durant le Second Empire, le sabre restait l’apanage des nobles et des officiers. Accessoire obligé des militaires et de nombreux corps de métiers ou fonctionnaires impériaux, il accompagnait, comme le Champagne dont raffolait Napoléon, les fêtes célébrant les victoires de l’Empire. Progressivement, que ce soit à pied ou à cheval, les guerriers vainqueurs utilisèrent alors leur arme de prédilection pour ouvrir les bouteilles qui serviraient à enivrer leur gloire. La mode se répandit aux rythmes des conquêtes et l’expression “sabrer le champagne” se démocratisa.

 

 

 

À La Champagnerie, toute l’équipe est formée pour vous enseigner cet art ancestral, venez donc ouvrir vos bouteilles de la plus belle des façons à nos côtés!

 

sabrage-champagnerie-montreal-4

 

Retour à la liste